12 articles avec biodiversite

Dans la nature, rien ne pousse au hasard ...

Publié le par l'aavre

Dans la nature, rien ne pousse au hasard ...
Dans la nature, rien ne pousse au hasard ...
L’infolettre gratuite de la permaculture pour tous, partout !
Pour s’inscrire à cette infolettre, je
 clique ici.
Pour me désinscrire je clique ici.

Voici pourquoi ces 5 mauvaises herbes poussent chez vous (et comment en faire des alliées)

Voici le top 5 :

J’ai constaté que 5 « mauvaises herbes » étaient vraiment récurrentes chez vous :
  • Prêle
     
  • Chiendent
     
  • Renoncule
     
  • Plantain
     
  • Rumex

Cessez le carnage ! Voici pourquoi il faut conserver ces bonnes « mauvaises herbes »

Dorénavant, vous allez adorer vos mauvaises herbes !

Voici ce que vous murmurent les mauvaises herbes : « Attends, attends avant de me tuer : mon but est de rétablir l’équilibre du sol ! Car j’ai un message à te faire passer, et peut-être bien que tu voudras me garder ! »

Infirmières, mais aussi professeurs :

Les mauvaises herbes sont en fait des plantes « bio-indicatrices » ! C’est-à-dire qu’elles sont révélatrices de l’état actuel de votre sol !

Leur apparition n’a qu’un but : rétablir l’équilibre naturel du sol.

De nombreuses études ont montré que les « mauvaises herbes » arrivaient dans un ordre logique, pour passer d’un état de friche à une prairie, puis au modèle de la forêt.

Bien-sûr, à l’échelle d’une vie humaine, on ne le voit pas !

Ou plutôt, on voit seulement les premières espèces « pionnières » (liseron, ronces, renoncules…), celles qui viennent nous gâcher la vie car leur but est de conquérir rapidement tout le sol pour le recouvrir et le protéger !

Alors, voici le bon réflexe :

Toujours vous demander « pourquoi » :
  • Pourquoi cela apparait ?
     
  • Pourquoi cela disparait ?
En effet, savoir décrypter les mauvaises herbes vous donne les clés pour rendre votre sol plus fertile.

Voici leur message (top 5 du sondage) :

Renoncule Rampante (nom scientifique : Ranunculus repens)
La renoncule rampante apparait dans les sols saturés en eau.
Dans ce genre de sol, la précieuse activité bactérienne du sol est vouée à disparaitre totalement.
Grâce à son travail, le sol retrouve de l’air vital !

 
Grand Plantain (nom scientifique : Plantago major)
Le grand plantain apparait dans les sols compactés et tassés.
Dans ce genre de sol, l’air circule difficilement !
Son travail aère et décompacte le sol !

 
Rumex à feuille obtuses (nom scientifique : Rumex obtusifolius)
Le rumex apparait quant à lui dans les sols qui manquent d’air.
C’est typiquement le genre de sol où on a mis trop de matière organique animale (ex : compost ou fumier de volaille). Un peu c’est bien, trop, cela asphyxie le sol !

Leur apparition, comme leur disparition, est importante.

Si une nouvelle espèce de mauvaise herbe prend le pas, c’est qu’un changement (de nature ou de structure) est apparu dans votre sol. Et, dans tous les cas, cela impacte vos récoltes.

« Formidable, mais si elles étouffent littéralement mes cultures, que faire ? »

Cas de la prêle :

La prêle est indicatrice de sol avec des taux de matière organique très bas. Apportez donc à votre sol
du bois broyé ou du BRF, avec une couche de 5 cm minimum.

Puis occultez toute la surface où il y a de la prêle pendant au moins 2 ans ! Vous verrez, après avoir retiré la bâche, qu’elle aura totalement disparu.

Attention aux bordures : une plante vivace qui pousse à côté d’une bâche continue à alimenter son système racinaire sous la bâche. Il faut donc bâcher par prudence une plus grande surface que là où vous voyez la prêle !


Cas des renoncules, plantains et rumex :

Ces plantes indiquent, a fortiori, un sol compacté qui s’engorge d’eau en hiver.
Remède : un coup de grelinette pour décompacter le sol, un semis d’engrais vert pour une action de décompactage et de structuration du sol grâce aux systèmes racinaires puissants, et enfin un mulch de 5 cm de feuilles ou de bois broyé pour favoriser le travail de drainage effectué par les vers de terre.


Cas du chiendent :

Le biotope du chiendent, à l’état naturel, ce sont les sables alluviaux, régulièrement remaniés par les cours d’eau.

Il y a deux types de chiendent : celui des champs et le rampant. L’un comme l’autre sont, en milieux cultivés, caractéristiques d’un sol fatigué par des cultures intensives ou par une mauvaise structure du sol généralement induite par le travail mécanique de ce dernier.

Le chiendent est en train de restructurer votre sol, mais cela risque de prendre quelques années … alors n’hésitez pas à lui donner un petit coup de pouce en lui apportant de la matière organique en surface. Toute l’activité biologique va s’en trouver stimulée, et cela aidera à structurer votre sol !

Besoin d’un accompagnement pour créer votre potager naturel sans effort ?

Si cette lettre vous a été utile, n’hésitez pas à me le faire savoir en me répondant et en la partageant autour de vous ! Je sais que nous sommes encore bien trop nombreux à courber l’échine pour peu, ou pas grand-chose !
 
Et si vous souhaitez bénéficier de conseils permacoles pour savoir que planter chaque mois et comment, je vous invite à découvrir cette Revue unique au monde que j’ai créé pour tous les jardiniers amoureux de la nature. Et du moindre effort !
Oh que oui, ça me parle !
Je souhaite en savoir plus en cliquant ici
 
ANNONCE SPÉCIALE - Cours de jardinage en ligne

Pour découvrir mes astuces d’arrosage (surtout pour le jardinage d’intérieur), je vous invite à découvrir cette vidéo (arrosage au vin rouge…)
 
ANNONCE SPÉCIALEFormation vidéo sol fertile

Pour découvrir quel type de sol vous avez, et comment le regénérer pour obtenir rapidement un sol fertile, je vous invite à découvrir ce tutoriel rapide et à rejoindre la promotion des « adopteurs de sols vivants », la clé des récoltes naturellement abondantes !

Il est temps de prendre soin de vous,
Florence


Saine Abondance
« Une mauvaise herbe est une plante dont les vertus n’ont pas encore été découvertes » - Emerson

PÉTITION POUR LA SAUVEGARDE DES ABEILLES LOCALES EUROPÉENNES ET LA PROTECTION JURIDIQUE DE LEURS ZONES DE CONSERVATION

Publié le par l'aavre

PÉTITION POUR LA SAUVEGARDE DES ABEILLES LOCALES EUROPÉENNES ET LA PROTECTION JURIDIQUE DE LEURS ZONES DE CONSERVATION

Chère amie, cher ami, défenseurs des abeilles locales, 

Plus de deux ans après l’adoption par les députés européens d’un rapport d'initiative qui préconisait de sauvegarder les abeilles locales européennes et de garantir l’intégrité des conservatoires qui les préservent pour l'intérêt de tous… (1)

… la Commission européenne et les États membres, désormais en charge du dossier, refusent toujours d'agir. 

A ce jour, nos abeilles locales sont extrêmement vulnérables : certaines, comme l'abeille noire Apis melifera melifera, pourraient disparaître d'ici quinze ans seulement selon des projections scientifiques (2). Ces précieuses butineuses ont besoin du soulèvement massif de toutes les personnes qui voudront bien prendre un petit peu de leur temps pour agir et les défendre :

S’il vous plaît, aidez-nous à relancer la mobilisation en Europe, pour exercer une pression démocratique déterminante sur les institutions et les forcer à agir avant que les abeilles ancestrales de nos territoires aient définitivement disparu!

Pétition pour la sauvegarde des abeilles locales.

Une résistance hivernale et une rusticité hors pairs

Pourquoi réintroduire l’abeille noire en apiculture ?

Une espèce pourtant parfaitement adaptée à son environnement

En pleine crise sanitaire, la destruction des haies se poursuit illégalement en France

Publié le par l'aavre

Destruction d'une haie en Sarthe en avril 2020 et brûlage de ses déchets verts -  FNE Pays de La Loire - Quand reverrons-nous les haies du plateau agricole de La Brosse, arrachées dans les années 70 et 80 ?

Destruction d'une haie en Sarthe en avril 2020 et brûlage de ses déchets verts - FNE Pays de La Loire - Quand reverrons-nous les haies du plateau agricole de La Brosse, arrachées dans les années 70 et 80 ?

La crise globale et planétaire engendrée par le coronavirus COVID-19 n'empêche pas la destruction de la biodiversité

notre-planete.info

Les haies améliorent les sols à plusieurs niveaux :
apport de matière organique, limitation de l’érosion de la couche superficielle du sol, amélioration de la vie biologique des sols, piégeage des alluvions lors de la décrue, amélioration de la structure du sol.

PNR des Causses du Quercy

Y-a-t-il un lien entre le coronavirus et la perte de biodiversité ?

VREB Association

En Bretagne, des poules remplacent des pesticides dans les vergers

Publié le par l'aavre

En Bretagne, des poules remplacent des pesticides dans les vergers

des poules viennent au secours des arbres fruitiers, remplaçant les pesticides qui affectent les récoltes.

Christophe Bitault est un arboriculteur qui s’est reconverti au bio il y a une douzaine d’années,

Dans le sol, la vie !

Publié le par l'aavre

Publié dans Biodiversité

Humus, la lettre de SOS forêt France

Publié le par l'aavre

Humus, la lettre de SOS forêt France

Conférence d’Hubert Reeves

Publié le par l'aavre

Conférence d’Hubert Reeves

Cette conférence d’Hubert Reeves sur l’avenir de notre planète est à voir absolument

“Ce qui nous menace, c’est ce que nous avons fabriqué nous-mêmes”

Publié dans Biodiversité

Les secrets des fleurs sauvages, une sélection Arte

Publié le par l'aavre

Arte diffusera du 1er avril au 8 avril, une série de six documentaire sur l’observation des fleurs sauvages dans six milieux naturels différents.

Les secrets des fleurs sauvages, une sélection Arte

Saint-Lambert-des-Bois : une prairie atypique en observation.

Publié le par l'aavre

Article publié depuis Overblog

Publié le par l'aavre

Si vous voulez soutenir une action local en faveur de la biodiversité, voici un appel à financement pour soutenir l’action d’une association entièrement bénévole qui permet de soigner et réintroduire des rapaces dans la nature, les Chouettes Chevêches et Effraies sur le Parc !

Publié le par l'aavre

Une chouette hulotte du Parc Naturel
pour nos vœux 2013
Si vous voulez soutenir une action local en faveur de la biodiversité, voici un appel à financement pour soutenir l’action d’une association entièrement bénévole qui permet de soigner et réintroduire des rapaces dans la nature, les Chouettes Chevêches et Effraies sur le Parc !

des prairies humides et des vaches_ vallée du Rhodon préservation biodiversité_10.2011_p

Publié le par l'aavre

des prairies humides et des vaches_ vallée du Rhodon préservation biodiversité_10.2011_p
des prairies humides et des vaches_ vallée du Rhodon préservation biodiversité_10.2011_p

Gestion prairie de La Gravelle (PNR) et fourrage par M. Frédéric Pelletier de la ferme de La Grand-Maison commune de Chevreuse.

des prairies humides et des vaches vallée du Rho-copie-1

des prairies humides et des vaches vallée du Rhodon prés 

 

PRAIRIE DE LA POUFILLE, 

PÂTURAGE MIXTE ÉQUINS-BOVINS
L'entretien des prairies humides pâturées grâce aux chevaux et aux vaches dans la vallée du Rhodon, préservation du réservoir de la biodiversité.
L'entretien des prairies humides pâturées grâce aux chevaux et aux vaches dans la vallée du Rhodon, préservation du réservoir de la biodiversité.
L'entretien des prairies humides pâturées grâce aux chevaux et aux vaches dans la vallée du Rhodon, préservation du réservoir de la biodiversité.
L'entretien des prairies humides pâturées grâce aux chevaux et aux vaches dans la vallée du Rhodon, préservation du réservoir de la biodiversité.

L'entretien des prairies humides pâturées grâce aux chevaux et aux vaches dans la vallée du Rhodon, préservation du réservoir de la biodiversité.