"Anciens trous laissés par l'exploitation de l'extraction de la pierre meulière depuis le 17ème siècle" Réflexion de notre Vice-président Gérard Jore.

Publié le par l'aavre

"Anciens trous laissés par l'exploitation de l'extraction de la pierre meulière depuis le 17ème siècle" Réflexion de notre Vice-président Gérard Jore. "Anciens trous laissés par l'exploitation de l'extraction de la pierre meulière depuis le 17ème siècle" Réflexion de notre Vice-président Gérard Jore.
"Anciens trous laissés par l'exploitation de l'extraction de la pierre meulière depuis le 17ème siècle" Réflexion de notre Vice-président Gérard Jore.
"Anciens trous laissés par l'exploitation de l'extraction de la pierre meulière depuis le 17ème siècle" Réflexion de notre Vice-président Gérard Jore. "Anciens trous laissés par l'exploitation de l'extraction de la pierre meulière depuis le 17ème siècle" Réflexion de notre Vice-président Gérard Jore.

BOIS DE CHAMP GARNIER

Les médias nationaux évoquent abondamment ces temps-ci les maladies que peut apporter l’invasion du MOUSTIQUE TIGRE :

ZIKA, CHIKUNGUNYA, DENGUE etc…

L’Organisation Mondiale de la Santé et l’ensemble du corps médical français préconisent la lutte contre ce fléau par, entre autres, la suppression des eaux stagnantes, sources de nidification des moustiques en général et du moustique tigre en particulier.

Or, les anciens trous d’extraction de meulières du BOIS DE CHAMP GARNIER, très présents sur notre commune, stagnent l’eau de pluie et les moustiques y prolifèrent.

Pour l’avoir constaté nous-mêmes, il n’est pas bon d’aller se promener dans ce bois au lever du jour ou/et à la tombée de la nuit et, a fortiori, d’y vivre à proximité, ce qui est le cas des habitants de Champ Garnier, de La Brosse et de Vaumurier, ces trois hameaux représentant la majorité des Saint Lambertois.

Ces trous d’extractions de meulières représentent aujourd’hui un risque sanitaire certain et il faut y remédier.

Plusieurs solutions existent :

- Les vider en perçant la couche argileuse de façon que l'eau s'infiltre dans le sol (solution la plus simple et la moins coûteuse)

- Les connecter entre eux pour former un réseau gravitaire en direction de la vallée,

- Les regrouper en pièce d’eau importante dans une clairière pour y mettre des poissons, prédateurs des larves de moustiques, le dernier aménagement pouvant être un bonus écologique et un plus forestier sympathique .

Aujourd’hui, le moustique Tigre a été signalé en Amérique du Sud, dans les régions tropicales (Antilles), dans le Sud de la France. Un seul cas de Zika a été constaté en région parisienne, véhiculé par une personne venant du Brésil.

Ne serait-il pas préférable de prendre toutes dispositions nécessaires avant d’y être contraints ?

Gérard JORE

Mob: 0660024880

Commenter cet article

Eric Aynaud 19/03/2016 09:27

Une des explications entendues sur ces anciennes extractions de pierres en meulière dont quelques-unes avec de l’eau, créant des mares, et une grande majorité sans eau.
Il y aurait un lien de cause à effet entre un trou sans eau et un trou avec de l’eau, avec plusieurs hypothèses;
la première hypothèse, le trou est vidé de son eau de pluie, la couche argileuse aurait été percée lors de l’extraction de la pierre en meulière,
la deuxième hypothèse, le trou est en eau, avec les deux possibilités suivantes :
La première, sa couche argileuse imperméable na pas été percée lors de l’extraction de la pierre meulière,
La deuxième, concernerait des trous circulaires, lors des bombardements de la gare de Trappes en 1944 par les anglais, des bombes ont atteint les bois de Trappes et de Champ-Garnier, l’argile avec la terre pulvérisée sous l’action de l’explosion de la bombe retombe en partie dans le trou crée de forme circulaire et le ré-imperméabilise.
Les bois de la Madeleine et du Claireau sont aussi d’anciennes carrières d’extraction de pierres en meulière et je n’en connais pas avec une retenue d’eau.

LANG Dominique 14/03/2016 11:49

Avant de voir les problèmes, y a t-il déjà eu un inventaire écologique de ces trous d'eau, dont beaucoup d'entre eux sont à sec la moitié de l'année ? Et si on en profitait pour souligner la dimension patrimoniale (historique et naturelle) de ces restes d'extraction ?

Dr Patrice Bouygues 13/03/2016 19:41

Les zones humides sont nombreuses dans notre région, mais le climat n'y favorise pas la prolifération des moustiques exotiques.
Il n'y a que sur la côte d'azur que que quelques moustiques tigres importés se sont reproduits occasionnellement.
Cela ne représente pas un problème de santé statistiquement significatif, la dengue et Zika sont des maladies bénignes statistiquement beaucoup moins graves que la grippe.
Par contre supprimer les zones humides serait une catastrophe écologique en terme de faune et de flore.